© Archives Bateaux/DPPI
© J. Eastland-Ajax/DPPI
© JJ. Bernard/DPPI
© Archives Bateaux/DPPI
© JJ. Bernard/DPPI

SALON NAUTIQUE INTERNATIONAL DE PARIS

Le Trophée fait Salon

Vainqueur de la transat Jacques Vabre 2017 avec Jean-Luc Nélias, Thomas Coville a confirmé son intérêt pour le nouveau format du Trophée des Multicoques : un dernier galop d'essai en équipage avec le départ de la Route du Rhum… ©Yvan Zedda/Sea & C°
Vainqueur de la transat Jacques Vabre 2017 avec Jean-Luc Nélias, Thomas Coville a confirmé son intérêt pour le nouveau format du Trophée des Multicoques : un dernier galop d'essai en équipage avec le départ de la Route du Rhum… ©Yvan Zedda/Sea & C°

 

Le légendaire rassemblement des multicoques qui a fait les beaux jours des années 80 en baie de Quiberon renaît à la fin de l’été 2018 grâce à l’Association Trophée des Multicoques déjà soutenue par le Conseil Départemental du Morbihan, Auray-Quiberon Terre Atlantique, la Mairie de La Trinité/mer et la Compagnie des Ports du Morbihan. La nouvelle formule sera présentée au Salon Nautique International de Paris le lundi 4 décembre à 14h30…

Lorsque Marc Guillemot, Agnès Caradec, Martine Camus et Dominic Bourgeois se sont réunis pour créer l’Association Trophée des Multicoques, l’accueil parmi les coureurs, les passionnés de voile, les responsables de communautés institutionnelles, les dirigeants d’entreprises et tous ceux qui ont connu ou entendu parler de cette fête des multicoques qui a marqué les années 80, a été enthousiaste. L’épreuve qui a été le déclencheur d’une spirale de recherches et d’innovations, a abouti à revoir les méthodologies de construction et les formes de carène, a contribué à la mise au point des mât-ailes et des foils, est à l’origine de la création des teams par l’embarquement de nouveaux équipiers, a aussi suscité l’émergence d’une véritable effervescence en France.

Une déclinaison et une diffusion

Éric Loizeau fut le premier vainqueur du Trophée des Multicoques en 1980 face aux vingt-deux équipages qui répondirent présents quelques semaines seulement avant le départ de la transat anglaise (OSTAR). ©JJ. Bernard/DPPI
Éric Loizeau fut le premier vainqueur du Trophée des Multicoques en 1980 face aux vingt-deux équipages qui répondirent présents quelques semaines seulement avant le départ de la transat anglaise (OSTAR). ©JJ. Bernard/DPPI

Ce rendez-vous du mois de mai 1980 à l’initiative d’une école d’ingénieurs informaticiens (ESIEA), de la Société Nautique de La Trinité/mer (SNT) et de l’Union Nationale des Multicoques (UNM) s’est ainsi renouvelé tous les printemps sous le même format en rassemblant les multicoques océaniques qui participaient qui à l’OSTAR (transat anglaise), qui à la Route du Rhum ou à la transat Lorient-Les  Bermudes Lorient, puis à la Course de l’Europe, la Route de la Découverte, la transat Québec-Saint Malo… Mais le Trophée des Multicoques s’est aussi décliné avec les Grand Prix de Brest et de La Rochelle, avec la Multi-Cup de La Baule, créant ainsi les prémices d’un circuit des multicoques océaniques.

Et en parallèle de ces machines de course, l’accueil des multicoques de course-croisière en baie de Quiberon a dynamisé la construction navale en France avec la création de nouveaux modèles de série en lieu et place des unités anglo-saxonnes qui balisaient ces années 80 : Edel Cat 26 (Construction Nautique Edel-1982), Speed 770 (Ocqueteau-1983), Louisiane (Fountaine/Pajot-1983), Freely 8m (Guy Marine-1984), Corneel 26 (Fountaine/Pajot-1985), Punch 850 (Multicap Caraïbes-1988), KL 28 (KL Nautique-1989)… jusqu’en 1990. Car onze éditions du Trophée des Multicoques eurent lieu sous le même format avant de se focaliser sur les trimarans de 60 pieds (ORMA), les Formule 40 et les Formule 28.



Du passé, projeter l’avenir…

Depuis les années 75, le port de La Trinité/mer accueille le long du quai Loïc Caradec les multicoques océaniques qui se prépareront en 2018 à la onzième édition de la Route du Rhum. ©Kéruzoré/Mairie de La Trinité sur mer
Depuis les années 75, le port de La Trinité/mer accueille le long du quai Loïc Caradec les multicoques océaniques qui se prépareront en 2018 à la onzième édition de la Route du Rhum. ©Kéruzoré/Mairie de La Trinité sur mer

Les soubresauts de la course au large ont eu raison de ce mélange des genres qui marqua son époque de son bouillonnement architectural et conceptuel avec le développement de l’informatique, de la simulation numérique et des jauges de contraintes, de l’étude des fluides et de la résistance des matériaux, de la navigation satellitaire et des probabilités météorologiques, des technologies sous vide voire en autoclave… La course au large en multicoque prit un tel envol que même la Coupe de l’America en fut affectée dès 1988 avec le catamaran Stars & Stripes face au monocoque géant New Zealand ! Bref l’irréversible était déjà en marche en prolongement de ce premier Trophée des Multicoques 1980.

Alors quand l’idée germa de relancer cette fête du catamaran et du trimaran sous l’égide de l’Association Trophée des Multicoques, l’objet était avant tout de conserver l’esprit originel en y intégrant la modernité de ces engins dont certains volent littéralement au-dessus des flots. Et si les multicoques ont désormais conquis le monde, le centre névralgique en reste le Morbihan avec ses concepteurs, ses chantiers, ses fournisseurs, ses teams…

Accueillir au cœur du « département des multicoques » tous les types d’engins à plusieurs coques est donc le défi de ce nouveau Trophée des Multicoques organisé cette fois à la fin de l’été dès 2018. À un peu plus de deux mois de la mythique Route du Rhum. Rassemblant autant les trimarans de plus de trente mètres que les engins volants, les « anciens » qui participeront à cette transat légendaire et les « modernes » avec les trimarans du Tour de France à la Voile, aussi bien les machines de course qui filent à plus de 40 nœuds que les derniers modèles de croisière…




Afficher toute la rubrique