© Archives Bateaux/DPPI
© J. Eastland-Ajax/DPPI
© JJ. Bernard/DPPI
© Archives Bateaux/DPPI
© JJ. Bernard/DPPI

UN FORMAT NEW LOOK

Le retour du Trophée

Depuis que la Coupe de l'America a adopté les multicoques, les foils ont fait une entrée fracassante dans le monde de la course et les GC-32 en sont l'un des nombreux exemples... ©Yvan Zedda/Sea & C°
Depuis que la Coupe de l'America a adopté les multicoques, les foils ont fait une entrée fracassante dans le monde de la course et les GC-32 en sont l'un des nombreux exemples... ©Yvan Zedda/Sea & C°

 

Créé en 1980 à l’initiative de l’ESIEA en partenariat avec la Société Nautique de La Trinité/Mer (SNT) et l’Union Nationale des Multicoques (UNM), le Trophée des Multicoques a marqué un moment-clé de la course océanique. À l’initiative de Marc Guillemot et de Dominic Bourgeois, ce rendez-vous va renaître fin août 2018 pour rassembler le maximum de voiliers à multiples coques à un peu plus de deux mois du départ de la Route du Rhum.

Dès la première édition du Trophée des Multicoques en mai 1980, ils étaient vingt-deux à prendre le départ des quatre manches courues en trois jours en baie de Quiberon : dix multicoques de course dont le futur vainqueur de l’OSTAR (transat anglaise), l’Américain Phil Weld sur son trimaran Moxie, Éric Loizeau vainqueur de ce premier rendez-vous sur Gauloises IV ou Éric Tabarly sur le foiler Paul Ricard qui sera le premier, la même année, à faire tomber le record historique de la traversée de l’Atlantique détenu par la goélette Atlantic mené par le légendaire Charlie Barr (1905)…

Et douze multicoques de course-croisière où se mêlèrent Iroquois, Hirondelle et Hobart. Bref en ces temps-là, il n’y avait aucun autre rassemblement de multicoques à l’exception des départs des grandes courses océaniques : l’OSTAR tous les quatre ans depuis 1960, la Route du Rhum en 1978 et Lorient-Les Bermudes-Lorient en 1979.

La fête des multicoques

Yvon Fauconnier vient dès 1983 à bord d’Umupro Jardin, un plan Phil Morrison qui a transformé l’approche architecturale des multicoques de course océanique avec ses flotteurs volumineux. ©Christian Février
Yvon Fauconnier vient dès 1983 à bord d’Umupro Jardin, un plan Phil Morrison qui a transformé l’approche architecturale des multicoques de course océanique avec ses flotteurs volumineux. ©Christian Février

 

Le Trophée des Multicoques a ainsi été l’un des détonateurs d’une véritable explosion des multicoques, particulièrement en France avec d’abord l’école architecturale américaine (Dick Newick, Walter Greene), puis européenne avec les Britanniques Derek Kelsall, Nigel Irens, Phil Morrison, John Shuttleworth et les Français Sylvestre Langevin, Xavier Joubert, Gilles Ollier, le Graal, Gilles Gahinet, Michel Joubert, Marc Lombard, Philippe Briand, Vincent Lauriot-Prévost & Marc van Peteghem (VPLP)…

Un foisonnement d’idées révolutionnaires en découlait pour optimiser ces multicoques de plus en plus grands à l’image de William Saurin d’Eugène Riguidel (27,10 mètres de long), de Charente Maritime II, de Royale II, de Formule Tag… en 1983, lors d’une quatrième édition du Trophée des Multicoques qui regroupait pas moins de trente-trois voiliers océaniques et vingt-cinq course-croisière !

C’est cette « fête des multicoques » comme se plaisaient à l’annoncer les organisateurs de l’époque, qui va renaître dès l’été prochain du mardi 28 au vendredi 31 août 2018 dans les ports du Morbihan, soit un peu plus de deux mois avant la Route du Rhum (départ de Saint-Malo le 4 novembre). Une compétition certes, mais avant tout un rendez-vous convivial pour les coureurs qui auront sorti leur monture de leur chantier estival afin de s’aligner sur cette confrontation préparatoire avant la traversée de l’Atlantique en solitaire…



Un rendez-vous incontournable

Charente Maritime vient dès 1982 à La Trinité/mer avec trente autres multicoques de course océanique et vingt-neuf course-croisière : Jean-François Fountaine s’incline toutefois de 0,3 point face à Marc Pajot. ©Jacques Vapillon
Charente Maritime vient dès 1982 à La Trinité/mer avec trente autres multicoques de course océanique et vingt-neuf course-croisière : Jean-François Fountaine s’incline toutefois de 0,3 point face à Marc Pajot. ©Jacques Vapillon

 

Car en 2018, ils seront sept trimarans de plus de trente mètres (IDEC-Sport, Sodebo Ultim, Spindrift, Actual, MACIF, Gitana 17, Banque Populaire IX), au moins sept Multi50 (FenêtréA-Mix Buffet, French Tech Rennes-Saint Malo, Réauté Chocolat, Arkema, Celia Village, Drékan Group, Solidaires en Peloton-ARSEP) auxquels il faut ajouter le maxi-trimaran Prince de Bretagne, les MOD-70 (Concise, Maserati, Phaedo…) et les ex-multicoques ORMA. Sans compter d’autres prétendants à la Route du Rhum (Acapella, Friends & Lovers, Happy…), les Golden Oldies (Hydrofolie, PIR2, Moxie, Gordano Goose, Nova, Région de Picardie, VSD…) et tant d’autres !

Avec le soutien des ports et des clubs du Morbihan, le nouveau Trophée des Multicoques 2018 a volonté à sillonner les plans d’eau entre Lorient et Vannes en passant par Quiberon, La Trinité/Mer, le golfe du Morbihan… en alternant les grandes courses pour les plus grands multicoques et les parcours côtiers pour les plus petits. Un rassemblement à la fin de l’été, du mardi 28 au vendredi 31 août 2018 afin de proposer au public un véritable spectacle sur l’eau comme à terre. Rendez-vous dans un an !




Afficher toute la rubrique