© Jean-Marie Liot
© Yann Riou / Macif
© Yvan Zedda

Les courants de la baie (1) : l'hydrologie

Jeudi 8 février 2018 - DBo.

Ce plan d'eau remarquablement protégé par la presqu'île de Quiberon à l'Ouest et par les îles de Houat et Hoëdic au Sud, est un bassin hydrologique assez complexe en raison des marées et du golfe du Morbihan, énorme réservoir qui se déverse et se remplit par un goulet étroit entre Port-Navalo et Locmariaquer. Certaines zones de la baie à certaines heures sont particulièrement sensibles à ce phénomène essentiellement axé Nord-Sud et Ouest-Est.

Roger  Gallet Paragon Trophée des Multicoques 1986 C. Février
Finale d'anthologie lors du Trophée des Multicoques 1986 entre le trimaran Paragon et le catamaran Roger & Gallet...
© Christian Février

L'onde marée et les courants associés ne disposent que d'un passage réduit à cinq milles entre la pointe du Conguel (extrémité Sud Est de la presqu'île de Quiberon) et l'île de Houat, au milieu d'un entrelacs d'îlots et de roches affleurantes (En Toull Bihan, En Toull Bras, La Teignouse, la Chaussée du Béniguet). Le passage de La Teignouse proprement dit (fonds de plus de 20 mètres) n'offre qu'un étroit goulet de 0,5 mille à 1,5 mille de large pour évacuer ou remplir plusieurs millions de m3 d'eau toutes les six heures ! Il en résulte un phénomène de Venturi important provoquant des courants violents atteignant en vives eaux plus de 4 nœuds en certains endroits, surtout lorsque le vent est de la partie.

Ce même phénomène d'accélération hydrologique se retrouve au niveau de l'entrée du golfe du Morbihan avec des vitesses pouvant être supérieures à 6 nœuds par grand coefficient de marée. Cette spécificité entraîne dans la baie de Quiberon l'existence d'un axe privilégié Sud-Sud Ouest/Nord-Nord Est entre La Teignouse et Port-Navalo. Cette canalisation se ramifie lors du flot (marée montante) en trois branches de force sensiblement égale selon le " principe de l'éventail " (dispersion latérale) : une première longe la presqu'île de Quiberon en direction de l'anse du Pô (baie de Plouharnel), une autre s'oriente vers la rivière de Crac'h (port de la Trinité/mer), une troisième se dirige vers le fond de la baie (plateau de La Recherche).

Se mettre aux courants

A l'inverse lors du jusant (marée descendante), ces quatre " réservoirs " convergent vers le passage de La Teignouse selon le " principe de l'entonnoir ". Ce goulet hydrologique est donc très fortement brassé par les courants et son franchissement peut s'avérer très délicat, voir dangereux par grands coefficients et vents contraires aux courants, même si le passage lui-même n'excède en distance que quelques milles. Les courants dans la baie de Quiberon sont ainsi les plus forts entre Méaban et Le Crouesty (jusqu'à plus de 5 nœuds) avec une composante essentiellement Nord-Sud (axe 7) mais surtout ils sont décalés en temps par rapport à la renverse de marée puisque le jusant débute environ 1h30 après la pleine mer (PM) et le flot commence vers 1h130 après la basse mer (BM) de Port-Tudy (référence Groix).

Par le large, la baie de Quiberon se remplit avec l'onde marée qui suit le coureau entre la presqu'île et Belle-Île suivant un axe privilégié Ouest-Nord Ouest/Est-Sud Est (axe 1) prenant une composante Ouest-Est au niveau de la Teignouse (axe 2) et une composante Sud-Nord entre le phare et l'extrémité de la pointe (En Toull Bras) avec des vitesses pouvant dépasser les 4 nœuds. Après La Teignouse, le banc de Quiberon sépare deux axes de remplissage-vidange (axe 3 et 4), le premier s'orientant au flot plutôt Sud-Sud Ouest/Nord-Nord Est, le second vers le Nord avec des vitesses inférieures à 3 nœuds. Enfin, le courant le long de la presqu'île est souvent sous-évalué avec une composante Sud Est/Nord Ouest qui peut dépasser les 2 nœuds à mi-marée près de la côte jusqu'au Beg Rohu. Dans cette partie de la baie de Quiberon, le jusant commence une bonne heure avant la pleine mer (carte BM+5) alors que le flot débute juste après la basse mer (carte BM).

Il y a donc un décalage horaire important quant aux renverses de courant entre l'axe " quiberonnais " et l'axe " Méaban ". Mais surtout les cartes de courants que nous avons réactualisées, ne tiennent pas compte de l'influence du vent qui est très importante en particulier sur toute la partie Ouest de la baie. Ainsi les brises de secteur Nord-Ouest à Nord-Est vont très sensiblement augmenter le jusant et retarder le flot. A contrario, les vents de secteur Ouest à Sud-Ouest avancent l'heure du flot avant la basse mer et accélèrent les vitesses des courants.

Courants Quiberon 1 DBo
Cinq axes principaux définissent l'orientation des courants de marée en baie de Quiberon.
© DBo.

Axes du courant en baie de Quiberon

L'onde marée qui intéresse les côtes Sud de la Bretagne est orientée Ouest-Nord Ouest/Est-Sud Est entre Penmarc'h et Noirmoitier au flot. Le courant général est rarement supérieur à un nœud à une dizaine de milles des côtes mais l'effet orographique sous-marin et les reliefs émergés influent grandement sur sa direction et sa force. L'effet de canalisation entre Belle-Île et la pointe de Quiberon (axe 1) renforce les courants jusqu'à plus de deux nœuds au Sud de la Chaussée de La Teignouse (bouées Basse Cariou, Basse du chenal, Goué Vas Nord, Goué Vas Sud) alors qu'il est moins prononcé sur la côte Nord de Belle-Île (1,5 à 2 nœuds maximum devant la pointe de Taillefer, 1,5 nœud à la pointe de Kerdonis).

L'axe privilégié Ouest/Est au flot (axe 2) offert par le passage de La Teignouse (de la Basse Cariou à Basse Nouvelle) se retrouve aussi dans le passage du Béniguet avec une composante plus Nord, ainsi qu'entre Houat et l'île aux Chevaux où le courant est traversier à mi marée entre les deux îles. Au fond de la baie, dans le Sud du plateau de La Recherche, les courants restent assez faibles, en dessous d'un nœud. Au phare de La Teignouse, le courant se disperse en éventail avec une branche vers le Nord-Ouest (axe 3) pour remplir le " réservoir du Pô ", et qui se combine avec le flux par le passage de la pointe de Conguel (jusqu'à 3,5 nœuds) ; une deuxième branche (axe 4) longe le banc de Quiberon vers les rivières de Crac'h et Saint-Philibert (ainsi que vers le Men Du et ses marais salants).

La troisième branche (axe 5) est la plus importante et la plus intense vers le golfe du Morbihan qui se remplit et se vide de plusieurs millions de m3 par un passage de 0,5 mille de large et seulement 25 mètres de profondeur ! Plus le navigateur s'approche de Méaban, plus le courant est puissant avec une direction Nord/Sud au flot (axe 7) qui atteint plus de quatre nœuds devant Le Crouesty et jusqu'à 5,5 nœuds devant la pointe de Port-Navalo. Mais le flot rentre aussi par l'intérieur de Méaban entre le Grand Buisson et Bagen Hir avec des valeurs toutefois inférieures de moitié. Vent à contre-courant, il est préférable de prendre le large plutôt que de longer la succession de roches qui parsèment cette zone entre Méaban et La Trinité/mer car le clapot devient très court et très haché. Enfin, une dernière branche se disperse (axe 6) vers La Vilaine par le plateau de Saint-Jacques et celui de La Recherche. C'est autour de la pleine mer (PM) et de la basse mer (BM) que les courants sont les plus complexes avec des effets giratoires à droite en milieu de baie, mais c'est aussi à ces moments-là qu'ils sont les moins puissants.



page supérieure