© Jean-Marie Liot
© Yann Riou / Macif
© Yvan Zedda

Les courants de la baie (2) : les cartes

Jeudi 8 février 2018 - DBo.

Les courants de la baie de Quiberon sont donc assez complexes au moment des renverses à la basse mer (référence Port-Tudy à Groix) et à la pleine mer et PM+1. Les cartes de courants de marée que nous avons établies montrent bien que l'inversion débute par l'axe anse du Pô-La Teignouse et qu'il y a quasiment deux heures de décalage par rapport à l'inversion au niveau de Méaban, à l'entrée du golfe du Morbihan…

Elf Aquitaine3 Trophée des Multicoques
S'il s'échauffe dès sa mise à l'eau en 1988 à La Trinité/mer, Elf Aquitaine III s'impose lors du Trophée des Multicoques 1989.
© Jacques Vapillon

Aux abords des chenaux entre la presqu'île de Quiberon et les Grands Cardinaux (Sud-Ouest de l'île de Hoëdic), les courants ont une giration vers la droite qui les rend traversiers dans les chenaux aux premières heures du flot et du jusant. En effet, le courant général entre Belle-Île et Quiberon-Houat-Hoëdic est orienté vers l'Est-Sud Est au flot et s'incurve brutalement vers le Nord-Est pour remplir la baie par le passage de la Teignouse, alors qu'il persévère vers l'Est-Sud Est sous Houat et Hoëdic. Les courants aux abords des plateaux rocheux sont donc soumis à l'influence du relief sous-marin qui provoque des méandres et des contre-courants difficilement mesurables.

Des décalages aux renverses

D'autre part, un courant violent existe entre La Teignouse et la pointe de Quiberon (passage de En Toull Bras) qui se dissipe rapidement au flot en direction du Pô. Cette giration à gauche (au flot) entraîne l'apparition d'un contre-courant entre Port-Haliguen et la pointe de Quiberon. Enfin, à l'Est de la baie de Quiberon entre la Chimère et Houat, les courants restent faibles (moins d'un nœud) et sont sensiblement orientés Ouest-Est au flot.

Les cartes de courants présentées sont établies en référence au port de Groix (Port-Tudy) et indiquent en dixièmes de nœud l'intensité du courant pour une morte-eau moyenne (coefficient 45) et une vive-eau moyenne (coefficient 95) au lieu indiqué. Elles ont été compilées à partir des données du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, de l'Institut Supérieur des Techniques et Pêches Maritimes de La Trinité/mer, des travaux de F. Mouvet du Beg Rohu et des observations collectées par les ostréiculteurs, les pêcheurs locaux et les régatiers depuis plus de trente années.

Courants Quiberon 2 BM à BM5
Courants de marée en baie de Quiberon : de BM (en haut à gauche) à BM+5 (en bas à droite)
© DBo.

Courants Quiberon de PM à PM5
Courants de marée en baie de Quiberon : de PM (en haut à gauche) à PM+5 (en bas à droite)
© DBo.

De l'influence des vents et des saisons

Enfin, il faut pondérer toutes ces valeurs en fonction de la saison et de la situation météorologique. En hiver et au début du printemps, les pluies abondantes renforcent les flux descendants par le Pô, le Men Du, les rivières de Crac'h et de Saint-Philibert, le golfe du Morbihan, la rivière de Penherf et la Vilaine (attention aux jours de vidange du barrage d'Arzal !) : il faut ajouter 0,2 à 0,5 nœud à leur approche avec un décalage de renverse jusant-flot qui peut atteindre une demie heure. Le flot est donc plus court et moins puissant, le jusant plus long et plus fort.

D'autre part, l'installation d'un anticyclone sur la Bretagne générant un régime de secteur Nord-Est à Est réduit aussi le temps de remplissage de la baie et diminue les valeurs de courants de flot de 0,2 à 0,5 nœud. A contrario, les vents soutenus de secteur Sud-Ouest à Ouest (plus de quinze nœuds) augmentent la durée du flot d'une bonne demie heure (avant et après la renverse), réduisent la composante de la branche La Teignouse-Le Pô (axe 3) et font monter les valeurs de courant au passage de La Teignouse d'au moins 0,5 nœud. Pour visualiser le relief sous-marin, les lignes de sonde de -10m sont marquées d'un trait bleu et le phare de La Teignouse par un point rouge.



page supérieure