© Jean-Marie Liot
© Yann Riou / Macif
© Yvan Zedda

Les vents de la baie (1) : le synoptique

Jeudi 8 février 2018 - DBo.

Particulièrement étudiée en raison de sa configuration et de la présence de l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN), la baie de Quiberon offre un panel de conditions de navigation exceptionnelles grâce à ses effets de côte, ses brises thermiques et ses courants de marée qui influent sensiblement sur l’état de la mer. Statistiques des vents moyens mois par mois, étude des secteurs de vent, analyse orographique des couloirs de vent : tous les éléments pour tirer les meilleurs bords en baie…

Port La Trinité Vue du pont de Kerisper
Le port de La Trinité/mer offre un havre très protégé quelque soit la direction du vent.
© Jean-René Kéruzoré-Mairie de La Trinité/mer

La baie de Quiberon a déjà rassemblé nombre de courses prestigieuses comme le Trophée des Multicoques dans les années 80, la ¾ Ton Cup en 1980 (vainqueur Maligawa, plan Jacques Fauroux), la One Ton Cup en 1984 (vainqueur Passion II, plan Philippe Briand), le circuit ORMA dans les années 2000, des Championnats du Monde métriques (6mJI), de quillards olympiques (Soling, Tempest), des étapes du Tour de France à la Voile ou de la Solitaire du Figaro… Avec Carnac comme rendez-vous des catamarans de sports (Eurocat) et le Beg Rohu comme centre de préparation olympique, la baie de Quiberon est un spot connu dans le monde entier et particulièrement apprécié par les régatiers car le terrain de jeu est très bien protégé de la houle atlantique.

Le régime des vents

La présence de terre et d’îles autour de la baie de Quiberon a une influence considérable sur le régime des vents. Seules les brises de secteur Sud-Est sont relativement peu perturbées et s’engouffrent entre le Croisic et les Cardinaux ainsi qu’entre Hoëdic et Houat, entre le Béniguet et Quiberon, provoquant l’apparition d’un clapot très dur, surtout dans la partie Est de la baie. Bien que peu fréquents, ces vents de secteur Sud-Est rendent la navigation au près difficile et perturbent sensiblement les courants de marée.

Les archives statistiques effectuées par Météo France au sémaphore du Talut à Belle-Île (peu de différences avec le sémaphore de Saint-Julien sur la presqu’île de Quiberon) font ressortir des directions privilégiées qui fluctuent au fil des mois. Les brises d’Ouest (25% de 240° à 280°) sont prédominantes d’octobre à mars avec une bonne proportion de vents d’Est (20% de 60° à 100°), alors que les vents d’Ouest-Nord Ouest (26% de 280° à 320°) et de Nord-Est (24% de 20° à 60°) sont majoritaires au printemps d’avril à juin, ainsi qu’en été (juin à septembre : 34% de 280° à 320° et 20% de 20° à 60°).

Les valeurs mensuelles montrent bien cette évolution avec quasiment toute l’année, un pourcentage de vents inférieurs à 4 nœuds, de 2 à 3% seulement. Les roses des vents jointes ont été collectées de 1971 à 2000, toutes les trois heures (de 0h à 21h) et regroupées pour des vents de 4 à 7 nœuds, de 8 à 15 nœuds, de plus de 15 nœuds. On notera ainsi que toute l’année, l’azimut 280° est privilégié (10%) alors que seulement en avril et mai, l’azimut 40° frôle ou dépasse les 10%.

 

Vents Quiberon 1 Couloirs de vent
Le relief oriente le vent selon des axes privilégiés : la brise a peu de chance de provenir des secteurs hachurés.
© DBo.

Les effets orographiques

Des études menées par l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN au Beg Rohu) ont permis d’affiner la connaissance des vents synoptiques perturbés par le relief de la presqu’île de Quiberon. A partir de données enregistrées toutes les 2,5 secondes (azimut et intensité, ensoleillement, pression barométrique), les auteurs ont pu tracer les directions privilégiées du vent. En effet, malgré le relief peu prononcé de la presqu’île, force est de constater que le vent suit des « couloirs » sur une distance importante. Le vent synoptique a ainsi une probabilité restreinte de souffler en provenance de certains secteurs. Par exemple, la colline de Saint-Julien empêche la brise de provenir des azimuts compris entre 260° et 280° au milieu de la baie. Les secteurs perturbés le sont essentiellement par l’île de Houat et par Belle-Île ainsi que par les collines de Quiberon, de Saint-Pierre de Quiberon, de Kérostin, de Saint-Colomban, de Carnac ville, de Kerbihan, de Locmariaquer, du Petit Mont au Crouesty.

Plus le relief est important, plus la perturbation est grande en se propageant plus loin, et plus le vent est faible, plus l’effet de couloir se fait sentir. Ainsi lors d’une rotation synoptique attendue au passage d’une perturbation atlantique du secteur Ouest-Sud Ouest vers le Nord-Ouest, la brise qui oscille dans une fourchette comprise entre 5° (vent stable) et 20° (vent instable), bute sur la colline de Saint-Julien (azimut 260°) : le vent passe alors d’un seul coup au 280°, canalisé par les reliefs avant de monter progressivement au 300° pour buter sur la colline de Kérostin. Ces effets de « borne » lors d’une rotation synoptique ne s’observent qu’à l’intérieur de la baie de Quiberon, les mesures prises côté Atlantique montrant que l’évolution de la brise est quant à elle, progressive avec la courbure des isobares.

Vents Quiberon 1 Coupes de la côte
Les deux coupes confirment que les reliefs ne sont pas très élevés, mais importants en termes de déviation.
© DBo.



page supérieure