© Dominic Bourgeois
© Jacques Vapillon
© Christian Février

Génération multicoques

Mardi 7 août 2018 - DBo.

Les années 80 ont été le détonateur du développement des multicoques océaniques et de croisière car après la victoire du petit trimaran jaune de Mike Birch lors de la première Route du Rhum en 1978, plus aucun monocoque n’a remporté une épreuve Open… Le Trophée des Multicoques fut aussi dès 1980 le premier rendez-vous permettant aux équipiers de naviguer en course à bord de ces bateaux à plusieurs coques.

Formule TAG C. Février
Formule TAG fut l'un des premiers multicoques à être construit en Kevlar-carbone par Canadair.
© Christian Février

Tony Bullimore qui nous a quitté fin juillet, fut d’ailleurs l’un de ces skippers qui ont contribué à embarquer de nombreux équipiers, d’abord avec les architectes et les constructeurs de ces bateaux : dès 1985 avec le trimaran Apricot, le Britannique fut secondé par Phil Stegall, Nigel Irens et Walter Greene entre autres, puis avec Spirit of Apricot, ce furent Randy Smyth, Nick Bailey, François Boucher, Lionel Péan, Halvard Mabire, Pierre Sicouri… qui vinrent épauler Tony Bullimore avant que celui-ci ne rachète l’ex-Formule TAG, ex-Enza New Zealand, ex-Royal & Sun Alliance avec comme équipiers Fred Dahirel, Kevin Palh, Bernard Perrin, Ben Duncan…

Les nouveaux préparateurs

Tous ces multicoques qui se sont optimisés au fil des saisons n’auraient pas évolué aussi rapidement si ces préparateurs de l’ombre n’avaient embarqué pour ces rendez-vous qui se multiplièrent avec le Grand Prix de Brest, celui de La Rochelle, la Multicup de La Baule et les courses en équipage comme le tour de l’Europe dès 1985. Ces hommes et femmes du grand large avaient pour nom Didier Gainette, Gilles Malet, Christine Capdeveille, Jean Maurel, Marc Guillemot, Gaël de Kerangat, Thierry Brault, Danielle Delage, Jacques Caraës, Yvon Daniel, Olivier Despaignes, François Carpente, Vincent Devictor, Laurent Rivalts, Paul Ayasse, Pascaline Laloux, Patrick Maurel, Yvon Berrehar, Nicolas Raynaud, Gérard Pesty, Noami James, Éric Bourhis, Jean-Baptiste Levaillant, Philippe Naudin, Michel Desjoyeaux, Gabriel Guilly, Yann Le Nabour… puis vinrent les olympistes tels Yves Loday, Yves Pajot, Frédéric Le Peutrec, Jean-Christophe Mourniac, Yann Guichard, Thierry Douillard, Franck Citeau, Billy Besson, Thomas Le Breton…

Car au fil du temps, les teams s’étoffèrent et les préparateurs se spécialisèrent vers le composite, l’électronique, la performance, le gréement avec des équipiers dédiés à l’exploitation intense de ces machines de plus en plus sophistiquées. L’empirisme a ainsi fait place au pragmatisme et les polyvalents qui mettaient autant les mains dans la colle qu’ils ne souquaient les écoutes, ont fait place à des ingénieurs pour optimiser l’hydro et l’aérodynamisme, pour améliorer le vol ou le rendement du plan de voilure.

Ce sont ces rassemblements des années 80 qui furent à l’origine de cette incroyable évolution technologique qui a vu les triples safrans, les trimmers de dérive, les cornes de grand-voile, les logiciels de navigation, les pilotes automatiques en mode vent, les « lashings », les fibres carbone, Spectra, PBO, les foils… Alors pour cette première édition du Trophée des Multicoques nouvelle version, l’occasion de côtoyer, de confronter, de tester une dernière fois à deux mois de la Route du Rhum les multicoques océaniques, sera offerte à La Trinité/mer du 28 au 31 août pour quatre jours de régate intense en baie de Quiberon et autour des îles du Morbihan.



page supérieure