© Jean-Marie Liot
© Yann Riou / Macif
© Yvan Zedda

Formule TAG : le plus incroyable multicoque océanique

Formule TAG C. Février
Formule TAG fut l'un des premiers multicoques à être construit en Kevlar-carbone par Canadair.
© Christian Février

Formule TAG conçu par Nigel Irens pour Mike Birch est construit en 1983 par Canadair au Canada en carbone-Kevlar pour une mise à l'eau en vue de la transat Québec-Saint Malo (5ème) lors de laquelle l'équipage améliore le record de distance en 24h (524 milles). Après une belle victoire au Grand Prix de la Martinique où Formule TAG lève pour la première fois la patte spectaculairement, le catamaran vient à La Trinité/mer pour le Trophée des Multicoques (4ème), puis pour le Master Equinoxe où il s'impose en match-racing... La Course de l'Europe est moins convaincante avec un démâtage dès la première étape qui plombe ses résultats. En 1986, Mike Birch participe à la Course de la Liberté avec son ami Walter Greene (5ème) puis à la Twostar avec Olivier Moussy (2ème) pour finir par la Route du Rhum (4ème). Le bateau est alors à vendre !

Peter Blake le rachète en 1993 pour le Trophée Jules Verne avec Robin Knox-Johnston, mais Enza New Zealand doit faire escale à Cap Town après un choc au large de l'archipel de Crozet. Après avoir optimisé et rallongé le catamaran, Peter Blake repart en 1994 pour battre le record autour du monde (74j 22h 17'). Tracy Edwards reprend les rênes en 1996 pour s'aligner aussi au départ du Trophée Jules Verne l'année suivante avec un équipage féminin, mais Royal & Sun Alliance démâte avant le cap Horn ! Et Tony Bullimore rachète le bateau pour The Race : Team Legato termine quatrième puis s'aligne pour l'Oryx Cup sous le nom de Team Daedalus (2ème) avant une tentative en solitaire autour du monde de Tony Bullimore...

Le catamaran semble alors dédié au charter aux Antilles, mais Spirit of Antigua chavire dans le golfe de Gascogne en octobre 2010. Il faut toute l'énergie de Fred Dahirel pour que le catamaran retrouve vie à Lorient au chantier Marsaudon. Après un premier refit en 2012-2013, Energy Observer est transféré à Saint-Malo pour être transformé en multicoque à propulsion mécanique, autonome en énergie. Energy Observer est mis à l'eau en avril 2017 pour un long périple qui doit l'emmener autour du monde uniquement avec de l'énergie solaire, éolienne et à partir d'hydrogène...

Plus d'informations sur Formule TAG



Précédentpage supérieureSuivant